Lecture #2 Le Hobbit.

 

Le temps passe et le petit challenge que je me suis fixé de lire un livre toutes les deux semaines aussi ! Challenge somme toute parfaitement raisonnable puisque en ce moment je passe mes soirée seule à l’hôtel et au moins 6h par semaine dans les transports. J’ai piqué ce livre à mon Chéri qui à réussi à me montrer le seigneur des anneaux (version longue s’il vous plait) et m’as donné envie de lire Le Hobbit (qui s’est passé avant l’histoire du seigneur des anneaux) je verrais le film par la suite.

Petit résumé de la 4ème de couverture
Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible et sans histoire. Son quotidien est bouleversé un beau jour l’lorsque  Gandal le magicien et treize nains barbus l’entrainent dans un long voyage périlleux. C’est le début d’une grande aventure, d’une fantastique quête au trésor semée d’embuches et d’épreuves, qui mènera Bilbo jusqu’à la montagne Solitaire gardée par le dragon Smaug …
 

Et alors ?

 

Typique romans d’aventure, on trouve notre héro : Bilbo, ce qui en fait un héros est la quête, ici la quête du dragon Smaug. Il a tout un équipage avec lui de treize nains (qui voulaient un quatorzième participant à leurs aventures pour ne pas leur porter malheur) l’intégration du Hobbit parmi les nains n’est pas simple, il devra se montrer indispensable pour acquérir leur respect.

Ce que j’aime dans ce genre de livre c’est l’incertitude. On ne sait pas ce qu’il va arriver à notre héros mais on sait bien que la quête va être effectuée et que le héros ne mourras pas. C’est à l’auteur de nous transporter dans son univers pour qu’on frissonne à l’idée du sort de Bilbo et de ses compagnons. Paris réussi, a plusieurs reprise je me suis surprise à me demander si tout le monde allais finir vivant. Malgré la quantité impressionnante de personnage, d’emplacement géographique et un écoulement du temps sans repère, on ne se retrouve pas perdu dans l’histoire.

 

En parlant de se perdre, il y a au début de l’ouvrage une carte. La seule à laquelle notre héros à accès, et il n’était pas désagréable de s’y référé de temps à autre pour situer nos personnages. C’est une narration extérieur mais on s’identifie très facilement à Bilbo qui ne sais pas exactement pourquoi lui a été choisis ni ce qu’il doit faire à chaque instant.

 

J’attends de voir comment le film a été réalisé, mais l’univers du livre m’as transporté.

 

 

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s