Ma personne

La première fois que tu m’as vu je portais un ridicule pantacourt en jean, déchiré et avec des coutures papillons. On avait 14 ans. On commençait une nouvelle partie de notre vie et on ne savait pas. On ne savait pas que ça allais être aussi dur, que ça allais nous faire pleurer. De tristesse, d’amour, de joie, de rire. Jamais je ne me serais douté que la fille blonde toute timide deviendrait ma meilleure amie. Que je ne pourrais vivre sans Elle. Que je serais triste quand elle le serait. Que dans mes bons moments, je regrette qu’elle ne soit pas toujours là.

Avec du recul, je nous regarde. Vu de l’extérieur on est si belle, si bien, si inséparable. En réalité pour une photo postable sur le moindre réseau social on va en prendre 25. En réalité parfois je déteste tes réponses et tes autres amis. Tu es la mienne et je ne te partagerais pas si ça ne tenais qu’as moi. Je suis très égoïste quand il s’agit de toi. Alors que tu vis ta vie quotidienne sans moi à présent. Pendant deux ans je t’ai vu tous les jours, plus ou moins habillée ou maquillée selon le moment de la journée. Pendant deux ans j’ai vu tes rires et tes larmes au quotidien. Maintenant que tu es loin de moi (bon ok c’est moi qui suis partie) c’est moments me manques.

 

Un jour, surement quand je serais vieille ou mourante, je dresserai le bilan de ma vie. Tu peux être sûre que tu en feras partie. Je sais que tu compteras encore beaucoup pour moi. Les années ont passées, les villes ont changées, nos quotidiens aussi. Mais tu es là. Je suis là. Facebook, Instagram, Snapchat et d’autres encore, autant de réseaux qui font que tu es là, même à des centaines de kilomètres. Parce que oui, bientôt c’est exactement 780 kilomètres qui vont nous séparer. Pourtant quand il m’arrive quelque chose, tu es toujours la première au courant. Que j’ai fait un caca bruyant au bureau par exemple (ce qui est une information existentielle rappelons-le). Tu es, et tu sera un pilier de ma vie.

 

Rien au monde ne n’impressionne plus que toi. Tu es si forte. J’ai vu ce que tu as traversé. Tu t’es parfois écroulé bien entendu, parfois tu été au plus bas. Mais toujours je t’ai vu te redresser, te relever, coller un sourire sur ton visage si doux. Tu es la seule personne qui peut me dire que je suis débile, la seule personne qui peut me juger, la seule personne qui peut me dire la vérité à propos de moi. Oui ça me vexe mais quand je te vois, réussir comme tu le fais, te relever comme tu le fais, je sais qu’au fond tu as raison. Je te déteste puis tout ça me revient. Je me sens toute petite à coté de tes exploits. A côté de tout ce que tu as brillamment traversé. Souvent avec l’aide minimum. Souvent en te cachant. Rien au monde ne n’impressionne plus que toi.

 

Il passe plusieurs jours (semaines ?) sans que je n’ai de nouvelles, sans que j’en donne nous plus. Ta vie continue sans moi, ma vie continue sans ta présence. Et un matin, je me sens creuse. Un matin il me faut ta présence, ton existence auprès de moi. J’ai besoin de toi. Besoin de te raconter des futilités, de t’identifier sur la photo d’un chat mignon.

Et tu sais quoi, rien ne changeras entre nous. Tu me rends courageuse. Je t’aimerais toujours inconditionnellement.

 

 

One Reply to “Ma personne”

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s